FANDOM


Le saut de l'ange
Le saut de l'ange
Saison
Épisode

11
Titre (V.O.)
Disorder
Première diffusion (USA)
14 décembre 2010
Première diffusion (France)
26 mars 2011
Écrit par
Gil Grant & Dave Kalstein
Dirigé par
Jonathan Frakes
Épisode précédent
Épisode suivant


Le saut de l'ange (VO: Disorder) est le onzième épisode de la deuxième saison de NCIS: Los Angeles.

SynopsisModifier

Kensi établit des relations personnelles avec un officier réformé des services secrets de la marine, souffrant d’un stress post-traumatique, et qui est le seul survivant d’un différent mortel sur lequel enquête l’équipe du NCIS...

Intrigue de l'épisodeModifier

211 LA.png

Par une belle nuit étoilée, une chorale mixte a entonné un chant de Noël pour un couple qui se tient devant sa maison illuminée. Certains des chanteurs ont des bonnets rouges de Père-Noël, certains portent une bougie. Une femme filme le couple, visiblement ravi, dont l’épouse enceinte caresse son ventre. A la fin du chant, le leader du groupe tend son chapeau, l’argent récolté servant à la distribution de repas dans le quartier ; le propriétaire de la maison y glisse des billets. Les chanteurs remercient, souhaitent au couple de passer de bonnes fêtes, l’homme leur renvoie les compliments et les vœux, en rentrant dans la maison avec sa femme. Le chœur s’éloigne, plaisantant joyeusement, quand la femme qui mène la troupe remarque une maison sans aucun décor de Noël. Les chanteurs décident de tenter leur chance quand même : quelques coups sur la porte, quelques coups de sonnette, la femme braque sa caméra sur la porte de la maison silencieuse, puis ils entonnent « Douce nuit, Sainte nuit, tout est calme... ». Et la maison s’anime ; seulement ce sont des coups de feu qu’on entend, semant la panique parmi les choristes. La femme continue à filmer, certains chanteurs commencent à fuir, il y a d’autres détonations, auxquelles répondent les cris des choristes effrayés, puis encore d’autres ; la femme filme, le leader est resté près d’elle, les autres les pressent de partir...Finalement, tout doucement, la porte de la maison s’ouvre. Un homme couvert de sang, se tenant la main, courbé en deux par la souffrance, les supplie de l’aider. La caméra enregistre toujours : c’est la nuit du 23 décembre 2010…

NCIS LA générique.png

Les agents arrivent au QG, se regroupent autour de leur bureau. Deeks se précipite, tout heureux : il y a un cadeau de Noël à sa place. G. l’arrête : lui, comme Kensi, trouvent ça très louche. Hetty leur a offert à chacun un cadeau, or c’est une chose qu’elle n’a encore jamais fait. Mais rien ne peut freiner l’enthousiasme de Deeks, au point que Sam demande aux autres s’ils n’ont pas, comme lui, l’impression d’être les baby-sitters d’un gamin dont ils sauraient que les parents ne viendront jamais le récupérer...Hetty passe justement par là, pour les tranquilliser avant de leur souhaiter de bonnes fêtes : elle n’offre jamais de cadeau, sauf quand ils conviennent parfaitement à leurs destinataires... Mais quand Kensi ouvre son paquet, un superbe présentoir à épices (garni), c’est justement celui que Sam a offert à Hetty en 2008...Callen est perplexe devant une bougie parfumée au jasmin (cadeau de Kensi à Hetty deux ans plus tôt) ; Sam a hérité des serre-livres, décorés de nounours, cadeaux de Callen pour le Noël 2008 de Hetty...Deeks s’approprie tous les cadeaux, et se montre ravi du sien (une écharpe, donnée par Kensi l’an dernier). Les anciens n’en reviennent pas : Hetty refile les cadeaux qu’elle a reçus ! Sauf le gilet avec le renne dans la neige, cadeau collectif de l’année dernière. Kensi et G. sont morts de rire en pensant à lui. Mais Sam en déduit que celui-là, elle l’avait peut-être apprécié... Ou alors, comme le pense plutôt G., elle n’a pas trouvé à qui donner du XXXsmall. Au fait, les couteaux à steak que Sam a offerts l’an dernier à Callen, est-ce que ce dernier les a toujours ? Le oui que Sam obtient en réponse est loin d’être franc et massif...Un coup de sifflet aigu les interrompt : Eric les appelle. Il a utilisé un sifflet offert par Hetty, un happeau pour la chasse au canard, ex-cadeau de Callen...Avant l’ouverture des paquets, on a appris que, pour Noël, Callen a invité Sam au match de basket Lakers de Los Angeles-Heat de Miami, qu’il s’est procuré des places au bord du terrain et que Sam, reconnaissant, est prêt à payer à son ami autant de bières qu’il pourra en boire ; que Deeks, fan de basket, vaguement jaloux, ironise sur ce rencart de mecs, ayant lui-même un rendez-vous avec quelqu’un de spécial ; que Kensi prétend aller dans de la famille à Seattle...

A l’étage, sur l’écran géant, il y a la photo de l’homme qui a demandé de l’aide aux choristes, la veille au soir. Il s’agit du lieutenant Lance Talbot, un officier de renseignements de la marine, réformé depuis peu suite à un syndrome de stress post-traumatique résultant de son affectation en Afghanistan. Il avait été chargé là-bas de recueillir les témoignages de chefs de clans désireux d’aider les Etats-Unis à contrer les Talibans. Connaissant leurs noms, il les mettrait en danger de mort s’il révélait ces identités hautement confidentielles. L’allure de « figurant dans un film d’horreur » (dixit Deeks) de Talbot sur la vidéo s’explique par sa volonté de ranimer un des 2 hommes qui se sont entretués chez lui : ce n’est pas son sang qui macule sa chemise. Il a pris une balle dans la main, peut-être en tentant de se protéger, mais la blessure est mineure. L’une des deux victimes, Eric Scott, est un membre du personnel médical de la Marine, chargé d’administrer tous les jours son traitement à Talbot, celui-ci étant divorcé depuis 10 ans, et sans famille. L’infirmier s’est fait pincer par la police de LA (9 ans auparavant) pour possession de drogue, mais n’a jamais été détenu. L’autre corps est celui de John Mancuso, arrêté plusieurs fois pour trafic de drogue, un dealer à la petite semaine. Aucun lien entre lui et Talbot, mais depuis 6 mois il a eu des appels téléphoniques réguliers avec Scott. La police pense que Talbot n’est qu’un témoin du drame, mais le tient en garde à vue à la disposition du NCIS qui va reprendre l’affaire, la vie d’alliés de l’Amérique étant en jeu. Pour avoir une idée précise des évènements qui se sont déroulés chez Talbot, il faudrait avoir le rapport de la police scientifique. Seulement, en cette veille de Noël, la moitié des effectifs est en récupération de jours de vacances. Kensi réclame alors une pelote de fil et de l’adhésif...

Debout devant un mur éclaboussé de sang, Deeks tient six extrémités de morceaux de ficelle rose dans les mains, et Kensi lui en colle un septième sur le front avec du papier collant gris. Elle se tourne alors vers Callen, debout devant la porte d’entrée de la maison de Talbot. Elle lui met le bout de la ficelle collée sur le front de Deeks dans la main, et embrasse du regard la pièce. Elle résume : Sam est Talbot (assis devant la table), Callen est Scott, l’infirmier, Deeks est Mancuso, le dealer. Lequel n’apprécie guère d’avoir de l’adhésif sur le front, mais Sam le recadre : ils travaillent sur les trajectoires de balles. G. se moque gentiment de Sam qui n’a manifestement pas digéré le coup du présentoir à épices, pendant que Deeks qui ne croit absolument pas à la version du Noël familial de Kensi à Seattle, essaie de savoir la vérité. Mais Kensi, la photo de la scène de crimes dans les mains, attaque sa reconstitution. Talbot est assis à la table. Scott arrive pour lui administrer ses médicaments, comme d’habitude. Il entre avec sa propre clé. Mais Mancuso surgit. Entre Scott, au passé avéré de consommateur de drogue, et Mancuso le dealer, la confrontation s’engage. Ils sont tous les deux armés, sortent leurs calibres. Talbot, voyant que son ami est en danger, se jette sur Mancuso, mais celui-ci, avec son Glock, envoie 3 projectiles de 9 mm dans la poitrine de Scott, deux dans la fenêtre et un dans la main de Talbot. Scott a le temps de tirer un coup mortel avec son Smith & Wesson.357, avant de s’effondrer, saignant abondamment. Talbot se précipite pour tenter de le ranimer, se couvrant ainsi de sang. Le hic, souligné par Kensi, pensé par tous, c’est que d’après ce scénario, Scott, atteint de 3 balles dans la poitrine, a dû traverser la pièce pour aller exécuter Mancuso...Deeks a le malheur d’exprimer ses doutes, Kensi lui arrache l’adhésif sur le front d’un geste brusque ; Sam compatit, Deeks souffre...La seule personne qui pourrait confirmer ou infirmer l’histoire, c’est Talbot. Il faut donc le ramener chez lui.

L’inspecteur qui donne à Sam et Callen le téléphone portable de Talbot leur apprend qu’il contient 6 appels furieux de Scott, disant qu’il sait ce que Talbot prépare ; mais pour sa part, il doute fort que Talbot soit capable de préparer quoi que ce soit, même pas une liste de courses. Il leur a juste appris que Scott était son seul ami. Talbot est amené, portant toujours la chemise couverte de sang ; il semble inquiet, agité. L’inspecteur est soulagé d’en être débarrassé et leur souhaite un joyeux Noël. Sam et G. montrent leurs cartes à Talbot pour lui prouver leur qualité. Celui-ci avoue qu’il est heureux d’échapper à la police, qui commençait à s’énerver sur lui : sa mémoire n’est plus ce qu’elle a été, les médecins disent que c’est lié à son état de santé. Il ne se rappelle que des fragments de ce qui s’est passé la veille. Comme ils quittent le commissariat d’Alvarado, les hurlements d’une sirène de voiture de police déclenchent un accès de panique chez Talbot. Son cœur se met à battre la chamade, ses yeux balaient le dos de Callen, son arme coincée dans sa ceinture, le gyrophare de la voiture, Sam... et il traverse d’un coup l’avenue. Des voitures l’évitent de justesse, il se retrouve figé au milieu de la route ; Sam se précipite à temps pour lui éviter de passer sous un 4x4. Sur la défensive, toujours très nerveux, Talbot leur redemande qui ils sont...il leur ressort la même phrase sur sa mémoire. Sam et G. échangent un regard consterné. Cela ne va pas être simple. Mais cette fois, ils agrippent solidement chacun un bras de Talbot avant de l’entraîner.

211 LA 2.png
211 LA 3.png










Talbot est assis dans la salle d’interrogatoire de l’annexe. Un homme se lève, lui tapote le bras d’un geste réconfortant, en lui disant que ça va aller, et sort rejoindre les 4 agents qui l’attendent dans l’autre pièce. C’est un médecin, il est donc lié par le secret médical, mais Callen lui explique qu’il n’y a ni micro ni caméra dans la pièce, donc ce qu’il pourra dire ne sera pas dans le rapport, mais pourrait grandement aider Talbot. Celui-ci souffre quotidiennement de périodes d’amnésie et de désorientation, il a un sens de la réalité très ténu, et ne fait donc pas un bon témoin. Le médecin préfèrerait qu’il ne soit pas ramené chez lui, cela pourrait lui déclencher un épisode de grande panique. Sans famille, sans ami, totalement isolé depuis son traumatisme, le mieux pour lui serait d’oublier le drame de la veille. Kensi demande alors si Talbot prend de la risperidone avec ses benzodiazépines, révélant une culture médicamenteuse qui surprend aussi bien ses collègues que le docteur. Il acquiesce, Kensi dit alors qu’elle va parler à Talbot et se rend aussitôt près de lui.

Elle s’assoit en face de lui. Il a toujours sa chemise pleine de sang, il est nerveux, agité. Il lui demande qui elle est, elle lui donne son prénom, lui sourit gentiment, et lui propose de lui parler un peu de l’Afghanistan. Il lui raconte alors ce qu’elle sait déjà, puis lui révèle qu’il était toujours protégé par des marines. Jusqu’au jour où ils sont tombés dans une embuscade, une tentative d’enlèvement dont il était la cible. Il en a réchappé grâce à son escorte, dont 4 membres ne se sont pas relevés. A ce souvenir, les yeux de Talbot comme ceux de Kensi se sont embués. Talbot renifle, frappe du poing sur la table, renifle encore. Il ne supporte pas de ne plus se souvenir de ces hommes ; quelquefois il se rappelle des noms, quelquefois des visages, ou rien du tout. Ce qui fait dire à Callen, dans l’autre pièce, que cet homme est une brèche ambulante dans la sécurité nationale : il parlera si quelqu’un met la main sur lui. Kensi dit à Talbot qu’elle comprend ce qu’il est en train de vivre. Bien sûr celui-ci a de gros doutes. Kensi hésite, regarde la caméra qui transmet tout ce qui se passe dans cette pièce à ses collègues scotchés devant leur écran ; elle regarde ses mains, Talbot, respire profondément, étend ses bras devant elle sur la table, et de sa main droite touche son annulaire, puis se lance. Il y a 6 ans, elle était fiancée à un marine, Jack. Il était déployé à Fallujah, dans une unité chargée de faire respecter le couvre-feu. Toutes les nuits, il y avait des fusillades et des embuscades. Il est rentré...mais il n’était plus le même. Talbot, qui écoute attentivement, a un sourire triste, en disant « syndrome de stress post-traumatique »...

A côté, Sam et Callen avouent qu’ils n’étaient pas au courant. Kensi reprend : Jack disait que la vie là-bas, c’était comme une traversée du ciel en chute libre, avec des poussées d’adrénaline constantes, tout y semblait si vif, si réel. Rentrer chez lui près de Kensi, c’était comme...la voix de la jeune femme se brise, elle bouge sur sa chaise, les mots sortent difficilement de sa bouche. Rentrer, vivre avec elle, c’était comme s’écraser au sol. Le souvenir est très douloureux. Elle a fait ce qu’elle a pu, tout ce qu’elle a pu. Elle s’interrompt, se détourne pour essuyer ses larmes, reprendre le contrôle d’elle-même. D’une voix plus ferme, les yeux dans les yeux de Talbot, elle explique qu’elle a travaillé avec le psychiatre de Jack, qu’elle lui faisait prendre ses médicaments, et qu’elle écoutait, qu’elle écoutait en permanence. Talbot approuve de la tête. Kensi détourne son regard, et ajoute tristement qu’un matin de Noël, elle s’est levée, il était parti. A Talbot qui lui demande où, elle fait un geste évasif, incapable de parler, luttant contre les larmes. Deeks se tourne avec espoir vers ses compagnons : Kensi est en train d’essayer de le faire parler en lui racontant une histoire, n’est-ce pas ? Sam et G. échangent un regard sans répondre. Kensi fixe Talbot, et d’un ton assuré cette fois, lui demande d’accepter de l’accompagner chez lui, pour l’aider à se rappeler ce qui s’est passé. Le jeune homme semble terrorisé, puis ennuyé. Il s’est déjà écrasé au sol une fois à son retour d’Afghanistan, comme l’a si bien dit Jack, il a peur de revivre ça. Mais Kensi le rassure : elle sera là pour le rattraper au vol. Elle voit dans le regard de Talbot qu’il lui fait confiance. Elle lui sourit, se lève. Avant qu’elle ait atteint la porte, Talbot lui dit qu’elle a fait tout ce qu’elle pouvait pour Jack, et que, où qu’il soit maintenant, il le sait. Elle le remercie d’un regard, avant de rejoindre les autres. Deeks et Callen la regardent, Sam a les yeux fixés sur Talbot. Deeks essaie de dire quelque chose, mais ne peut que bafouiller des « hou là » quelle écoute les yeux rivés sur ses pieds. G. se lève et ordonne « vas-y ». Il lui dit de prendre Deeks avec elle et de faire un compte-rendu quand ils seront sur place. Sans dire mot, Kensi et Deeks sortent ; Sam et Callen échangent un nouveau regard.

Talbot lève des yeux angoissés vers les fenêtres de sa maison, où il arrive en compagnie de Deeks et Kensi. Celle-ci le surveille de très près. Deeks lui demande si elle n’a jamais cherché à retrouver Jack, elle lui répond qu’elle espérait que ce soit lui qui la retrouve un jour. La maison est gardée par un policier, le perron barré par un ruban. Talbot a du mal à entrer, d’autant qu’il y a toujours du sang par terre, et sur le mur. Mais il dit que ça va aller. Kensi veut savoir pourquoi et comment Scott a traversé toute la pièce pour tirer à bout portant sur Mancuso. Mais la panique qui montait visiblement chez Talbot finit par le submerger, il respire de plus en plus mal, revoit un corps par terre, tente de se maitriser, s’affale sur une chaise, au point que Deeks s’inquiète ; mais Kensi lui demande de patienter. Talbot ne sait plus, il y a eu tellement de coups de feu, de sang, il perd totalement le contrôle, s’agite, sa respiration est heurtée ; Kensi s’accroupit à ses côtés, lui prend la main, elle veut juste essayer de clarifier ce détail. Cela amplifie la panique de Talbot, qui sanglote, n’arrive plus du tout à respirer. Cette fois Kensi veut tout arrêter, elle dit à Deeks qu’il faut le sortir d’urgence, mais Talbot la retient, se penche vers elle, et doucement, sur son épaule, il passe aux aveux : ils ne se sont pas entretués, c’est lui qui a tiré sur eux...Kensi et Deeks accusent le coup...

211 LA 4.png
211 LA 5.png










Hetty, au QG, n’aime pas trop la tournure prise par les évènements. Même si Talbot est surveillé à l’annexe par deux agents, même si Kensi jure, en s’appuyant sur les éléments scientifiques qu’il est la victime dans l’histoire, cet homme, qui connaît le nom de chefs tribaux essentiels pour le processus de paix, se retrouve mêlé à un double meurtre. Elle dit à Deeks et Kensi qu’elle va passer des coups de fil pendant que Nell et Eric brieferont les agents sur leurs dernières découvertes. Qui sont importantes : la police a retrouvé dans la voiture de Scott une grande quantité de drogues diverses qui se vendent à prix d’or dans la rue. Détail sordide qui révulse Kensi : il s’agit de médicaments que Talbot remplaçait par du sucre, les traitements qu’il était censé administrer à 52 malades du syndrome de stress post traumatique, restés tous sans médicaments depuis des semaines. Aucune substance chimique n’a été retrouvée dans le sang de Talbot. Sur les comptes de Scott, des versements en liquide très importants attestent du côté lucratif de son commerce. Tout porte à croire que Scott et Mancuso ont eu un différent, que leur confrontation s’est déroulée chez Talbot ; quand les armes sont sorties, celui-ci s’est cru de retour en Afghanistan, cela l’a plongé dans un black-out dont il est sorti pour constater qu’il y avait deux cadavres. Il avait paniqué (et tous ont vu de leurs propres yeux Talbot en proie à la panique). Donc qu’en est-il de cette affaire ? C’est Kensi qui répond, animée d’une colère froide : Talbot a tué deux criminels en état de légitime défense, l’affaire est close. Et elle quitte la pièce à grandes enjambées. Deeks veut la suivre, mais Sam préfère s’en charger.

Il rattrape Kensi dans le couloir du haut. Il comprend ce qu’elle traverse, ayant lui-même été là-bas. Mais elle a l’impression qu’elle n’a peut-être pas assez fait pour Jack. Sam n’en croit rien, il sait ce que c’est que de voir une personne que l’on aime revenir de mission complètement transformée. En tout cas Kensi compte bien faire tout ce qu’elle peut pour aider Talbot, après ce qu’il a traversé. Elle quitte Sam brusquement, il la rappelle : Talbot n’est pas Jack ! Mais elle continue à dévaler l’escalier sans laisser paraître si elle a entendu ou non...On la retrouve dans Venice, marchant aux côtés de Talbot, presque détendu, qui lui révèle qu’il a bien failli ne pas lui dire la vérité sur la fusillade : il avait peur qu’elle l’abandonne ! Kensi lui prend alors la main, serre cette main tremblante qui finit par se calmer. Talbot en est à la fois surpris et émerveillé, mais n’a pas le temps de savourer cette victoire. Kensi a repéré deux hommes qui discutent en jetant des regards dans leur direction. Elle demande à Talbot s’il a des amis, si quelqu’un aurait des raisons de le suivre. La peur submerge aussitôt le jeune homme qui parvient quand même à se contrôler et à suivre les ordres de Kensi. Il ne connaît pas l’homme qu’elle lui désigne. Le deuxième homme s’éloigne, celui qui reste sort une arme (qui terrorise Talbot), mais Kensi plus rapide l’abat de deux balles. La panique est générale, elle a bien sûr gagné Talbot, mais Kensi obtient encore de lui suffisamment de contrôle pour qu’il reste à ses côtés. Elle photographie le mort avec son téléphone portable ; elle est certaine qu’ils étaient deux, Talbot n’a rien remarqué, trop occupé par cet homme qui voulait le tuer. Mais Kensi le détrompe : c’est bien elle qui était visée.

211 LA 6.png
211 LA 7.png










La police, l’équipe du coronaire, ainsi que Sam, Deeks et Callen sont maintenant sur le lieu de la fusillade. Kensi les rejoints. Elle a réussi à calmer Talbot, qui attend plus loin, assis sur le pied d’un réverbère, encore agité quand même, se rongeant les ongles ou se tordant les mains. Elle leur parle du 2ème homme au moment où Eric leur transmet l’identification du mort : Behrouz Ghavami, ancien membre des Lashgare 23, les commandos urbains des forces spéciales iraniennes (Takavar), connus pour fonctionner en binômes...Donc, en moins de 24 heures, Talbot a tué deux types chez lui et se retrouve poursuivi par des iraniens. Possible coïncidence ou affaire très embrouillée, la priorité est de mettre Talbot en sécurité. Deeks et Kensi sont chargés de l’emmener dans un motel.

Sam et Callen rentrent au QG où Hetty s’inquiète de la présence dans LA d’iraniens du Lashgare 23, sachant que tout ce qu’ils pourraient tirer de Talbot, malgré son état mental, serait dommageable pour l’Amérique. Pendant ce temps, Nell, à force de visionner l’enregistrement des chanteurs, a trouvé un détail qui ne cadre pas : derrière Talbot, ensanglanté, qui réclame de l’aide aux choristes, on aperçoit une marque noire sur le mur. Or le même mur n’a plus cette tâche sur la photo de la scène de crime prise par la police. Les agents se rendent compte, en regardant les photos des corps, que c’est la tête de Mancuso qui a dû laisser cette marque. Et effectivement, il se teint les cheveux. Cela explique le noir sur le mur. Mais comment cette tâche a-t-elle pu disparaître ensuite ? Hetty suggère de se pencher de plus près sur Talbot.

Au motel, la chambre fait sans doute partie des planques de la police locale, Deeks se charge de la visite. Il enjolive les choses, mais Kensi et Talbot ne peuvent s’empêcher de grimacer un peu devant la propreté douteuse des lieux. C’est quand même la nuit de Noël, Kensi propose de manger devant la télé. Elle allume celle-ci et rejoint Talbot déjà installé sur le canapé. Deeks se dépêche de les imiter, le match doit déjà être commencé. Mais Kensi pensait plutôt au « Miracle de la 34ème rue », et Talbot approuve, à la stupéfaction peinée de Deeks. Kensi l’envoie acheter de quoi manger. Il propose des Kebabs, mais la tradition chez Kensi c’est glace et bière. Ce qui plait à Talbot. Et déprime un peu plus Deeks, qui sort cependant sans insister.

Au QG, Eric et Nell ont déniché la piste de l’ancienne femme de Talbot, Rochelle Stanton. Il l’avait épousée à 18 ans, et quelques mois après, avait déposé plainte contre elle pour agression. Le mariage avait été dissous. Rochelle s’était remariée avec un certain Taqvor Covesian, ce qui lui vaut de figurer dans les bases de données du FBI. Covesian, en effet, lié à la mafia arménienne de l’est d’Hollywood, est soupçonné de faire du marché noir de contrefaçon de produits informatiques avec le Hezbollah, le pire groupe terroriste iranien. Il existerait donc un lien possible entre l’ex-femme de Talbot et des iraniens susceptibles de vouloir l’enlever, en supposant que ces derniers soient finalement du Hezbollah et non du Lashgare 23. Eric, fidèle à lui-même, sait qu’en cette veillée de Noël, Covesian réunit ses copains bookmakers pour une soirée de football américain, et que sa femme sera là...

Le match a commencé, il y a 7 hommes qui le regardent et le commentent, chez Covesian. Sam, à l’aide de jumelles,suit aussi la partie: à un moment crucial du match, il fait signe à Callen qui prévient aussitôt Eric par téléphone. Celui-ci appuie sur un bouton, et la télé perd sa retransmission. L’écran bleu est accueilli par des cris de colère. Le téléphone sonne presqu’aussitôt devant Eric, qui prend sa voix la plus doucereuse pour répondre, au nom d’un service télévisuel. Bien sûr c’est un Covesian hors de lui qui lui intime l’ordre de faire venir illico des employés pour réparer ! Sam et Callen se présentent donc rapidement chez lui. Sam va « vérifier » la télé, Callen l’endroit où le câble pénètre dans la maison ; comme par hasard, il faut passer par la cuisine où se trouve Rochelle, l’ex-Mme Talbot...Callen, de but en blanc demande à la jeune femme ce que les amis iraniens de son mari veulent à Talbot, en ajoutant que la maison est cernée. Par défi, Rochelle appelle Covesian ; Callen lui glisse qu’il est dans son intérêt de coopérer avec eux : son mari travaillant avec ceux qui veulent enlever Talbot, elle risque la prison. Du coup, Rochelle renvoie son mari, puis explique à Callen qu’il fait fausse route. La famille de Covesian a été forcée de quitter l’Iran dans les années 70, il déteste ceux avec lesquels il est obligé de bosser, et ne les a même jamais vus ; il est impossible qu’ils puissent mettre au point en enlèvement ensemble. Cela donne à réfléchir à Callen, qui demande alors à Rochelle de lui parler de Talbot. Elle lui en veut terriblement : elle ne s’est rendu compte qu’il avait 3 maitresses qu’au bout de 2 ans...Et s’il a abandonné les poursuites contre elle après l’agression, c’était pour qu’il n’y ait pas de traces dans son dossier (il voulait entrer dans la marine) ; et non pas par culpabilité, un sentiment qui lui était totalement étranger. Callen s’étonne qu’un homme puisse cacher 3 liaisons à sa femme pendant 2 ans sans jamais se « vendre ». Rochelle est amère : un sociopathe doté d’une mémoire photographique ne commet jamais d’erreur ! Sam passe la tête dans la cuisine, jouant toujours le jeu des réparateurs mais demandant en fait à G. s’il a fini...Callen lui répond que tout est OK, en regardant Rochelle qui vient de lui ouvrir de nouvelles perspectives peu réjouissantes. Sam, entre ses dents, prévient Eric qui réactive la retransmission du match, accueillie par des exclamations de joie des pauvres spectateurs frustrés !

Dans la chambre du motel, le vieux film en est au moment où Kris Kringle va être envoyé au tribunal, quand le téléphone sonne dans la poche de Kensi, assise sur le canapé à côté de Talbot. Callen la prévient de faire attention, maintenant qu’ils en savent plus sur Talbot. Comme il boit chacune de ses paroles, Kensi se lève, feignant de continuer une conversation amicale ; elle atteint la chambre quand Talbot, armé d’une casserole, surgit et tente de l’assommer. Il rate son coup mais projette quand même Kensi sur le lit, et lui prend son arme. Elle se redresse, ils luttent. Pendant ce temps Deeks revient, pas vraiment pressé de retrouver un vieux film de Noël. Par la fenêtre de la chambre, il aperçoit la bataille, à l’instant où, d’un grand coup de crosse, Talbot envoie Kensi au tapis. Deeks se précipite, sort son arme ; Talbot vise Kensi, allongée à ses pieds, visiblement décidé à finir le travail. Deeks tire à travers la fenêtre, délibérément à côté de Talbot pour ne pas risquer de blesser sa partenaire, mais le but est atteint : l’attention du jeune homme est détourné. Deeks tire sans arrêt, Talbot décide de fuir, il se couvre en envoyant une balle vers l’ex-flic et disparaît. Deeks hurle « Kensi », il se rue dans la maison, gardant quand même un fond de prudence au cas où Talbot soit encore présent, mais il ne reste que Kensi. Inconsciente, elle a un énorme bleu sur le front.

211 LA 8.png
211 LA 9.png










D’abord floue et en noir et blanc, l’image se précise : Sam, Deeks et Callen regardent anxieusement Kensi qui retrouve peu à peu ses esprits. Elle croyait recevoir la visite des Rois Mages, jusqu’à ce qu’elle aperçoive...Deeks ! A ces mots, Callen regarde Sam qui fixe Deeks qui sourit à Kensi : tous sont soulagés ! Kensi a visiblement mal à la tête, pourtant elle demande tout de suite des nouvelles de Talbot. Sam lui dit qu’ils s’en occupent ; au moment où Deeks veut savoir comment elle va ; et à l’instant où Eric appelle G., pour lui dire que Talbot a pris de force une Camaro rouge que l’informaticien a sous les yeux en train de rouler dans la ville. G. ordonne à Deeks de veiller sur Kensi le temps que l’équipe médicale arrive, et sort avec Sam. Mais Kensi se lève et les suit, Deeks en remorque, tentant de la retenir. Eric les presse, la Camaro va très vite. Kensi dit qu’elle va suffisamment bien pour y aller, mais Sam lui rétorque que non, et que ça n’a rien à voir avec sa blessure à la tête...Kensi, interloquée, se fige, mais Deeks, devant sa mine, lui dit qu’il va conduire. Elle lui jette ses clés, le menaçant de maculer ses caleçons de pommade décontractante s’il fait la moindre rayure à sa voiture. La Camarao s’engage sur la jetée de Santa Monica et se gare, Talbot continue à pied. Quelques secondes plus tard, ce sont Callen et Sam qui se garent devant la voiture rouge. Et enfin Deeks et Kensi, qui eux sont près des montagnes russes jaunes. Deeks jette un œil sur Kensi, puis se concentre sur la foule. Kensi aperçoit Talbot, se demande ce qu’il peut bien faire ici. Deeks pense qu’il a rendez-vous avec quelqu’un, et part sur la droite pour le suivre. Kensi tourne à gauche, et Callen dit à Sam qu’ils vont aussi se séparer pour enfermer Talbot et son éventuel ami. Celui-ci apparaît bientôt, c’est le 2ème iranien, celui qui a disparu quand Kensi a tué son copain. Il porte un sac sur l’épaule, qu’il donne à Talbot en échange d’une clé USB.

Callen répartit les rôles : Kensi et Sam s’occupent de Talbot, lui et Deeks de l’iranien. Sam dit à Kensi de suivre Talbot pendant que lui fera le tour pour le prendre à revers.

Deeks qui attend Callen a vu l’iranien mettre la clé USB dans sa poche, G. décide d’intervenir tout de suite : ils se mettent à courir. L’iranien comprend le danger, et part dans l’autre sens.

A l’opposé Talbot, sur ses gardes, se retourne et aperçoit Kensi. Il prend aussitôt ses jambes à son cou, elle le poursuit.

Dans sa fuite, l’iranien bouscule un passant, ce qui le déséquilibre. Il n’a pas le temps de reprendre sa course, Callen plonge et l’entraine en vrac dans les escaliers. L’atterrissage est brutal, mais G. n’a pas lâché l’homme, l’empêchant de se relever. Deeks dévale l’escalier, arme au poing, pendant que G. se relève, sort la sienne et la pointe aussi sur l’iranien. La foule est effrayée. Callen dit qu’ils sont des agents fédéraux, aussi bien pour les gens qui crient que pour l’homme qu’il menotte.

Talbot cours, atteint un espace beaucoup moins fréquenté. Kensi en profite pour le mettre en joue, en lui criant de s’arrêter. Il obtempère, mais quand il se retourne, il lève son arme ; Kensi hésite, c’est Talbot qui tire le premier, manque sa cible. Elle riposte par deux balles en plein cœur. Elle est déjà près du cadavre quand Sam arrive après avoir contourné son pâté de maison. Devant son visage défait, il lui demande si ça va. Elle chasse ses cheveux de ses yeux, et c’est d’une voix très ferme qu’elle répond que tout va bien.

Le soleil descend sur l’océan, éclairant la jetée de Santa Monica. Les scientifiques sont au travail, l’équipe du NCIS se regroupe. G. avec un petit sourire affirme que Kensi a sans aucun doute tout compris, et veut qu’elle leur raconte. Après un soupir, la jeune femme s’exécute. Talbot avait simulé son SSPT, pour que personne ne puisse le soupçonner de pouvoir vendre des infos confidentielles. Scott s’est aperçu que son état de santé restait le même alors qu’il n’était plus sous médicament. Il a compris que Talbot faisait semblant, et dans quel but. Il a donc réclamé une partie du butin, ce soir là, en apportant un Mancuso armé comme moyen de pression. Mais Talbot avait réussi à bousculer Scott et Mancuso, à s’emparer de l’arme de ce dernier pour descendre Scott (devant la porte d’entrée). Il a pris ensuite l’arme de l’infirmier pour abattre Mancuso, dont la tête a heurté le mur et laissé une trace noire quand il le soutenait avait de lui loger une balle dans la tête à bout portant. Il a déplacé Scott pour le rapprocher de Mancuso, et se retrouver ainsi couvert de sang (il dira que c’était pout le ranimer), puis, il a mis la dernière touche en se tirant une balle dans la main. La police a mis ¼ d’heure pour arriver, les chanteurs de Noël ont décrit une scène chaotique : Talbot a dû en profiter pour effacer discrètement la marque sur le mur. Et quand il a senti que Kensi avait des soupçons, il a avoué les meurtres, pensant qu’il serait protégé par son SSPT. Kensi se dit qu’elle aurait dû comprendre. Callen lui répond froidement que ni la police de Los Angeles, ni l’ensemble de la marine des Etats-Unis, ni son propre psychiatre, n’ont vu clair : qu’est-ce qui la rend si particulière ? Il la fixe, sans sourire, puis tourne les talons, suivi par Sam. Kensi hésite entre la colère et le rire, opte pour le second et leur emboite le pas, accompagné par Deeks.

Sam prendra G. demain à 11h. Pour un match à 13h ? Il veut avoir le temps de vérifier si G. a bien toujours les couteaux à steaks qu’il lui a offerts l’an dernier ; même si celui-ci lui affirme que oui !

Deeks fait avouer à Kensi qu’elle ne va pas à Seattle. Il lui propose de continuer cette veillée de Noël chaude et confuse dans le même esprit : son rendez-vous, c’est avec une dame qui lui saute au cou, ravie de le revoir ! Et encore plus qu’il ait amené des bras supplémentaires : Kensi et lui reçoivent un chapeau de Père Noël, avant de se mettre au travail : ils participent à une distribution de repas...

Au QG, Nell descend l’escalier en trainant une énorme valise. Elle entend Hetty se racler la gorge. Elle lève les yeux pour la voir approcher, un paquet de Noël dans les mains. Hetty lui demande de l’ouvrir, et d’en essayer le contenu...le gilet avec le renne dans la neige a bien été re-donné ; Nell n’arrive pas à le fermer, les bras sont trop courts, mais Hetty semble ravie ! Elle propose à la jeune femme, qui est en retard pour prendre son avion afin de rentrer dans sa famille, de l’emmener en voiture. « Noël, c’est le temps des miracles. Et un peu de talent pour tenir les rennes du traineau, cela ne fera pas de mal non plus. »

Eric, le dernier à quitter l’étage, éteint la lumière après avoir programmé un « son et lumière »... Sur l’écran géant, la ville de Los Angeles brille de tous ses feux, sous une pluie de flocons dorés.

Une Jaguar étincelante fait rugir son moteur. Hetty demande à Nell de boucler sa ceinture. Les 4 pots d’échappement donnent de la voix. L’écran devient noir. On entend Hetty démarrer sur les chapeaux de roues, criant à Nell de se cramponner. Celle-ci hurle son nom de plaisir.

211 LA 10.png

Phrase d'Hetty & Nell : "Accrochez-vous Mlle Jones !" "Hettyyyyyyyyyyy !"

Source : lien

Évènements majeurs de l'épisodeModifier

  • On apprend que Kensi a été fiancé à un Marine's : Jack que l'on retrouve dans la saison 5.
  • Hetty offre des cadeaux aux membres de l'équipe de Callen qui sont en fait des cadeaux que l'équipe lui a offert en 2008. Deeks les récupère tous :
    • Sam a offert un présentoir à épice (Hetty l'offre à Kensi)
    • Kensi a offert une bougie parfumée au jasmin (Hetty l'offre à Callen)
    • Callen a offert des serres-livres (Hetty l'offre à Sam)
    • Kensi a offert une écharpe en 2009 (Hetty l'offre à Deeks)
    • Sam a offert un pull avec des rênes en 2009 (Hetty l'offre à Nell)
    • Callen a offert un appeau en 2007 (Hetty l'offre à Eric)

CastingModifier

Personnages réguliersModifier

Personnage Acteur Fonction
G. Callen Chris O'Donnell Agent Spécial du NCIS
Sam Hanna LL Cool J Agent Spécial du NCIS
Kensi Blye Daniela Ruah Agent Spécial du NCIS
Marty Deeks Eric Christian Olsen Agent de liaison LAPD
Eric Beale Barrett Foa Technicien informatique
Henrietta Lange Linda Hunt Directrice des opérations
Nell Jones Renée Felice Smith Technicienne informatique

Autres personnagesModifier

  • Lance Talbot (David Hoflin)
  • Dr. Stanfill (Jonathan Frakes)
  • Mrs. Covesia (Azita Ghanizada)
  • Lead Caroler (Thomas Hobson)
  • Female Caroler (Beth Behrs)
  • Inspecteur de la LAPD (Charles Carpenter)
  • Femme (Earnestine Phillips)
  • Tagvor Covesian (Armen Torosyan)
  • Invité furieux(Hal Devi)
  • Caroler #1 (Julie Carrillo)
  • Caroler #2 (Jennifer DeMinco)
  • Caroler #3 (Geoffrey Erwin)
  • Caroler #4 (Abdiel Gonzalez)
  • Caroler #5 (Booter Griffin)
  • Caroler #6 (Anne Mannal

Diffusion & AudiencesModifier

Pays Diffusion Audiences
Drapeau USA.png 14 décembre 2010 sur CBS 16,82 M
Drapeau Canada.png 14 décembre 2010 sur Global 1,73 M
Drapeau France.png 26 mars 2011 sur M6 3,60 M

CitationModifier

à venir...

Galerie photosModifier

  • Promo
  • Promo
  • Promo
  • Promo
  • Promo
  • Promo
  • Promo
  • Promo
  • Promo

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard